Des mensonges et des faits sur les questions liées au Xinjiang
2021/02/09

 

French.china.org.cn | Mis à jour le 05. 02. 2021 | Mots clés : Xinjiang

Pendant un certain temps, des forces anti-chinoises aux États-Unis et en Occident ont présenté les faits à l'envers, fabriqué et diffusé un grand nombre de fausses informations à propos du Xinjiang, tout en salissant l'image de la Chine et calomniant la politique chinoise du Xinjiang et interférant dans les affaires intérieures de la Chine, pour tenter de tromper la communauté internationale et de perturber le développement stable du Xinjiang.

 

Les questions liées au Xinjiang ne concernent pas l'ethnie, la religion ou les droits de l'homme, mais la lutte contre la violence, le terrorisme et le séparatisme. Le gouvernement chinois a mené des missions de lutte contre le terrorisme et la radicalisation au Xinjiang, conformément à la loi visant à protéger la vie et la sécurité des habitants, et a obtenu le soutien sincère de la population de tous les groupes ethniques. Le développement soutenu et stable du Xinjiang et le fait que le peuple de tous les groupes ethniques vivent et travaillent dans la paix et le contentement sont les armes les plus puissantes pour dénoncer les mensonges liés au Xinjiang.

 

Nous voulons répliquer ici à quelques mensonges typiques fabriqués par des forces anti-chinoises et rétablir la vérité.

 

Mensonge 1 : Mike Pompeo prétend que le gouvernement chinois exerce une politique d'extinction contre l'ethnie ouïgoure et d'autres ethnies minoritaires.

 

Vérité : la population de l'ethnie ouïgoure ne cesse d'augmenter les dernières années.

 

De 2010 à 2018, la population ouïgoure a cru de 10,17 millions de personnes à 12,71 millions, soit une augmentation de 25,04 %. Le taux de croissance de la population ouïgoure est supérieur non seulement à celui de toute la population au Xinjiang (13,99 %), mais aussi supérieur à celui de toutes les ethnies minoritaires (22,14 %) et à celui de l'ethnie Han (2 %).

 

Le Xinjiang bénéficie désormais d'une croissance économique solide, d'une amélioration constante des moyens de subsistance de la population et de progrès constants. Le PIB de la région est passé de plus de 900 milliards de yuans en 2014 à plus de 1 300 milliards de yuans en 2019. La pauvreté absolue au Xinjiang a été éliminée, après que 3,089 millions de personnes pauvres sont sorties de la pauvreté.

 

Mensonge 2 : Dans l'émission télévisée Newsnight de la BBC, Zumrat Dawutm a dit qu'elle avait été emprisonnée dans le « camp d'éducation » et qu'elle a été stérilisée de force.

 

Vérité : Son cinquième frère a déclaré que Zumrat Dawutm n'a jamais fait des études dans les centres d'éducation et de formation.

 

Elle a dit qu'après avoir quitté le centre d'éducation et de formation, elle a été stérilisée de force et que son utérus a été enlevé. Mais en fait, lorsqu'elle a donné naissance à son troisième enfant à l'Hôpital de maternité et de santé infantile d'Urumqi en mars 2013, elle a signé un consentement volontaire à l'accouchement. Suivie d'une césarienne et d'une ligature à l'hôpital, elle n'a pas été stérilisée du tout et son utérus n'a pas été retiré non plus.

 

Elle a affirmé également que son père avait été arrêté, s'était trouvé sous le coup d'une enquête menée par les autorités du Xinjiang à plusieurs reprises et était récemment décédé de cause inconnue. En réalité, son père vivait toujours avec ses enfants, menait une vie tout à fait normale, et n'a jamais fait l'objet d'enquête ni de détention. Et il est décédé d'une crise cardiaque le 12 octobre 2019. Son troisième et son cinquième frère ont tous deux confirmé cette version.

 

Mensonge 3 : des « camps de rééducation » mis en place et des millions de musulmans ouïghours détenus au Xinjiang

 

Vérité : Il n'y a jamais eu de soi-disant « camps de rééducation » au Xinjiang.

 

Les centres d'enseignement et de formation professionnels légalement établis au Xinjiang sont des écoles, aussi des mesures proactives de lutte contre le terrorisme préventif et de déradicalisation.

 

L'objectif est d'éliminer le terreau du terrorisme et de l'extrémisme radicalement. Les mesures pertinentes s'inspirent de l'expérience de la communauté internationale en matière de lutte contre le terrorisme et de déradicalisation et mettent en œuvre le concept d'utiliser les ressources telles que le développement et l'éducation pour lutter contre l'extrémisme préconisé par le "Plan d'action pour la prévention de l'extrémisme violent des Nations Unies". Elles sont pleinement conformes aux principes et à l'esprit d'une série de résolutions internationales contre le terrorisme telles que "la Stratégie antiterroriste mondiale des Nations Unies". Les mesures ayant donné des résultats positifs, le Xinjiang a été pacifique, sans aucun cas de terrorisme au cours des quatre dernières années.

 

Mensonge 4 : le Xinjiang oblige un grand nombre de Ouïghours à cueillir du coton, polluant la chaîne d'approvisionnement mondiale.

 

Vérité : Ces dernières années, avec le développement de la science et de la technologie, la production de coton au Xinjiang a été hautement mécanisée. Même pendant la saison de récolte chargée, il n'y a pas besoin d'un grand nombre de "cueilleurs de coton". Par exemple, depuis 2015, la plus grande partie du coton de la région de Bazhou au Xinjiang est récoltée à la machine.

 

Mensonge 5 : le gouvernement chinois n'autorise pas les journalistes étrangers à couvrir le Xinjiang.

 

Vérité : Le Xinjiang est une zone ouverte. Selon le "Règlement de la République populaire de Chine sur les agences de presse résidentes permanentes et les correspondants étrangers en Chine", les journalistes étrangers peuvent se rendre au Xinjiang pour y faire des reportages, à condition de se conformer aux lois chinoises et en remplissant les procédures correspondantes. Sous ce contexte, il n'existe aucun cas où le gouvernement chinois interdit aux journalistes étrangers de couvrir le Xinjiang.

 

Depuis la fin de 2018, plus de 1 200 délégations de plus de 100 pays, y compris des responsables d'organisations internationales, des diplomates, des journalistes et des chefs religieux se sont rendus au Xinjiang.

 

Du 3 au 7 septembre 2019, des journalistes de la National Broadcasting Company (NBC) se sont rendus au Xinjiang pour un reportage.

 

En décembre 2020, des journalistes de la British Broadcasting Corporation (BBC) se sont rendus à Kuqa d'autres endroits dans la province du Xinjiang pour faire des reportages.

 

Ambassade de la République populaire de Chine au Burkina Faso